La vie rêvée du futur ?

LA VIE RÊVÉE DE GASPARD

Une nouvelle émission diffusée sur France 5 : « La vie rêvée de Gaspard ».

Une tendance lourde, une rupture du fond, liée à la prise de conscience des limites du capitalisme et de la croissance. Une quête de sens née de la crise économique de 2008, qui perdure encore aujourd’hui, mais aussi une remise en question globale du style de vie occidental. Avec la mode du recyclage et du vintage, le succès croissant du bouddhisme et du développement personnel… Une tendance dont vous retrouverez l’étude dans Les Carnets de GF | Trends Books.

LA VIE RÊVÉE DE GASPARD

Suite des questionnements d’Agathe Lecaron, de l’émission «On n’est pas que des cobayes», sur le monde dans lequel vivra son fils. Dans l’espoir que Gaspard vive dans un environnement plus sain que celui dans lequel elle a grandi, elle part à la découverte d’initiatives insoupçonnables pour dépolluer les villes. C’est aussi l’occasion pour elle de rencontrer les pionniers d’un monde sans déchets. Elle espère trouver ainsi la preuve qu’il sera possible, dans le futur, de mieux vivre en communauté.

L’émission aborde les innovations et les découvertes de demain. Pour le meilleur ou pour le pire ?

On a déjà travaillé à changer notre style de vie : le recyclage, par exemple. Mais tant d’emballages réduisent souvent nos efforts à néant.

Allier modernité et simplicité : le vinaigre blanc sert à tout ! Et un seul savon suffit pour se laver le corps et les cheveux.

Garder le meilleur d’aujourd’hui, par exemple la technologie qui permet aux voitures de détecter les obstacles. La voiture sera modulable : petite en ville, grande en vacances, sécuritaire et non plus agressive et dangereuse. Le partage se généralise, car la possession n’est plus une valeur fondamentale : l’accès est plus important. Une voiture partagée correspond à 15 voitures en moins ! On respire mieux rien que d’y penser… La pollution, on sature.

On veut un logement sain et chaud, à énergie passive voire positive. L’avenir est à l’optimisation de l’isolation et au recyclage de la chaleur et du froid. On veut du propre et du durable, et nos factures baisseront de manière inattendue. On développe les bâtiments BBC à grand rythme en Allemagne et dans les pays d’Europe du Nord, et la tendance va se renforcer. Les maisons respirent. On (re)découvre les algues, qui sont de pures merveilles pour la santé et… l’oxygène !

On ramène le vert dans les villes. Les jardins dans les tours, les murs verts, présentent d’innombrables atouts. Les Japonais mangent des tomates qui poussent dans leurs salles de réunions, la nature revient pour le plaisir des yeux et de la bouche. On sent qu’on a atteint nos limites, et on cherche à retrouver notre environnement d’origine : la nature. Fini le béton, vive le bois. Un environnement personnel et professionnel plus doux à vivre.

Comment souhaite-t’on vivre ensemble ?

On veut tout personnaliser, avoir une vie, une maison, une voiture à notre image. Vive l’imprimante 3D qui nous permet de vérifier qu’on aura assez de place dans notre futur salon ! Il suffit d’imprimer le canapé et de tester… Les architectes et autres designers se régalent. On pourra peut-être imprimer sa vraie maison en 3D et rajouter des pièces à l’arrivée d’un nouveau bébé, le tout en 24 heures.

On peut donc déjà consommer (très) responsable. Mais tous nos objets ont une obsolescence programmée : les ampoules, les collants, les imprimantes… Une belle arnaque des fabricants récemment découverte par des lanceurs d’alarmes. Aujourd’hui des Repair Shop et des Fab Labs ouvrent partout, pour réparer soi-même sa lampe ou son grille-pain. Le consommateur se rebelle ! On veut prolonger la vie de nos objets, pour moins jeter, mais aussi créer. Et on mutualise les moyens et les connaissances pour ne plus être victime de la société de consommation. Vive la solidarité ! On en a marre de la solitude, en plus… qui s’est aggravée ces dernières décennies. Donner une seconde vie à des objets, les détourner, créer des objets d’art avec des déchets électroniques. Il faut quand même changer nos habitudes… tellement facile de racheter plutôt que de réparer. Mais on reprend le pouvoir, on (re)fabrique nous-mêmes. Retour vers le futur.

De nouveaux métiers vont apparaître, on pourra laisser tomber les jobs ringards ou usants : les robots nous remplaceront de plus en plus pour les corvées. Pour eux, pas besoin de se reposer, pas de faim, de soif, de temps de repos. Fini les hernies et « Les Temps Modernes ». On y gagne en liberté. On peut même imaginer s’en faire des amis ? On a vu « Her » et on se pose la question. Bien sûr, il faut s’adapter, et se former toute sa vie, car tout change vite.

La prochaine génération sera plus consciente, plus en phase avec la nature, avec les autres, la « vraie vie » quoi ! Ultra-écolo et canon en même temps… c’est possible ! On doit libérer nos énergies, et construire une nouvelle économie, plus durable, dans un monde plus démocratique. Sans sacrifier son bien-être – bien au contraire.

Notez cet article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *